text only version | contact us | tell a friend | International
 
You are here: Articles » Message de P‚ques 2011
One Army
 
search
 

 > Site Map
 
 
 
 
Subscribe to the General's Sharing the Vision Letters.
 

Message de P‚ques 2011

Générale Linda BondInvités à croire

Générale Linda Bond

On évolue avec le temps... les perspectives changent. Vous connaissez sûrement cela. De même, notre lecture, notre compréhension des événements de Pâques peut ainsi évoluer. Est-ce la vie qui nous fait ainsi mûrir ? Ou peut être l'expérience que nous avons de la grâce de Dieu qui nous amène à lire autrement les Écritures ? Quoi qu'il en soit, c'est particulièrement vrai pour moi quand je lis la réaction de Thomas, lorsqu'il entend dire que Jésus est ressuscité.

Nous serions peut-être tentés de le traiter d'incrédule. L'Évangile nous dit qu'il n'était pas avec les autres disciples quand Jésus vint les trouver, mais bien sûr ils se sont dépêchés de lui annoncer la bonne nouvelle : « Nous avons vu le Seigneur ! » (Jean 20, 25). Vient alors la réplique bien connue : « Si je ne mets pas le doigt sur la marque des clous... et de la lance... je n'y croirai pas » (v. 25). Il faut le voir pour y croire, c'est en tout cas ce que pense Thomas.

Une semaine plus tard, Jésus se montre à nouveau. Cette fois, Thomas est avec les autres. Après les avoir salués, « La paix soit avec vous » (v. 26), Jésus s'adresse à Thomas : « ...regarde mes mains... Cesse de douter, et crois » (v.27). Ces paroles sont transcrites simplement : ni capitales, ni gros caractères, ni même un point d'exclamation. Il arrive pourtant qu'elles soient lues comme s'il s'agissait d'une semonce, adressée par un Maître sévère à un disciple borné.

N'avez-vous pas envisagé qu'il pouvait s'agir plutôt d'une invitation amicale, faite à un homme en peine ? Ce jour-là, Jésus est venu spécialement pour Thomas.

Le Seigneur ressuscité connaît les cœurs de ses disciples. Il sait que Thomas ne demanderait pas mieux que de le rencontrer personnellement, tout comme ses amis avant lui. Thomas est suffisamment honnête pour exprimer ses doutes : il ne peut pas admettre l'incroyable, l'incompréhensible. Ayant été témoin de certains des miracles de Jésus, il aurait peut-être dû considérer que c'en était un autre. Mais pour lui, ressusciter après une crucifixion était tout bonnement impensable.

Ce moment n'a peut-être pas été particulièrement embarrassant pour Thomas ; il n'est pas humilié. Jésus ne se soucie pas de le morigéner devant ses amis pour son ‘incrédulité'. Je crois plutôt que, lorsqu'il l'invite à mettre le doigt sur ses cicatrices, Jésus lui souffle une parole de confiance. Qu'en pensez-vous ?

Bien sûr, nous ne pouvons aller au-delà du texte. Mais nous pouvons lire les Ecritures à la lumière de ce que nous connaissons par ailleurs de Jésus Christ, de sa manière de faire et d'être. Sachant par expérience combien il est compréhensif et bon, nous pouvons lire l'histoire de Thomas comme si elle rejoignait la nôtre.

Combien de fois n'avons-nous pas entendu d'autres individus dire combien la présence de Jésus les rendait heureux, quand cette expérience nous était tout à fait étrangère. Plutôt que d'exprimer nos doutes, nous avons gardé le silence, voire essayé d'afficher une conviction que nous n'avions pas. Mais pour ceux qui désirent véritablement le connaître, Jésus vient ! Il n'exprime ni condamnation ni reproche, juste quelques mots murmurés. Il nous donne de vivre quelque chose de si convaincant que cela devient pour nous certitude absolue. Il est vivant. C'est vrai

Nous pouvons sûrement faire nôtre la réponse de Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (v. 28). Il n'en est pas de plus merveilleux !


 

 
Copyright © 2014 The Salvation Army
the general | news releases | biography | articles | audio and video | sharing the vision | tell a friend